mardi 9 mai 2017

Le Coureur (de la performance en course à pied)


Tu sais, après déjeuner ce lundi férié, on partait rejoindre la famille à la mer.
Tu sais, quand on part à la mer, c'est assez compliqué de me passer de mon sac de course parce que désormais, aller à la mer, et ne pas pouvoir courir ne serait-ce qu'un petit peu sur cette plage et dans ces dunes, c'est blasphème.
Et puis en conduisant, j'ai mon cerveau qui me crie "alerte", qui me dit que j'ai laissé ma montre à la maison. Punaise, t'es con, je pense (toujours tout bas, sinon, mon petit entourage adoré ne comprendrait plus trop leur femme/leur maman, ou je deviendrais sans doute moins crédible. M'enfin, passons). T'es con, tu fourres bien ta ceinture cardio dans le sac et la montre, non, t'oublie. Ouais, mais, quand tu pars à la mer, t'as toujours plein de trucs à emporter n'empêche, tu peux pas penser à tout. Bon, c'est fichu de toute manière, on est partis un peu trop loin de la maison maintenant, tant pis pour toi, t'auras pas de visu sur tes kilomètres, pas de visu sur ta FCM. Bof, y'a le portable remarque, t'emporteras le portable, non ? Bon, tu vas pas en faire un plat, on verra sur place.

Et puis sur place, tu t'en fous finalement. T'enfile ton short et pars nue comme un ver au poignet, SANS MONTRE, SANS CHRONO, SANS FCM. Tu n'as même pas pensé à regarder l'heure, histoire de savoir quand même combien de temps tu seras partie.
Tu files, tu remontes cette rue du rivage et retrouve la plage au bout. La mer est bien remontée depuis tout à l'heure, il fait assez bon finalement, moins de vent que tout à l'heure. Le sable est parfait, ni trop meuble, ni trop dur. Tu te rapproches des vagues, qui vont, qui viennent, et tu fais la course avec ces vagues en quelque sorte, tu remontes la plage jusqu'au village voisin. Tu as l'impression de vivre encore plus cette course, encore plus que d'habitude, ces fois où tu portes ta montre, où tu regardes de temps en temps les mètres qui défilent, ta fréquence cardiaque qui t'indique si tu peines ou non.

"Une course avec les vagues, juste un vieux truc à régler".

Il y a cette phrase qui te revient, cette phrase de cette chanson de Jean-Jacques Goldman que tu as ressorti à ton mari le vendredi d'avant lorsque vous parliez de cet événement qui avait lieu le lendemain matin à Monza près de Milan. Monza, cette piste automobile qui allait accueillir trois athlètes référents de la distance marathon le samedi pour tenter de courir sous les deux heures cette distance mythique des 42.195 km.
"Breaking 2" qu'il s'appelle cet événement. Balayer la distance marathon en deux heures, voire un peu moins. Tel était le challenge, la performance recherchée par la célèbre marque à la virgule, un challenge dont vous lirez plus de détails par exemple dans cet article.
Je n'en parlerai pas plus me concernant. Simplement parce que cette manifestation m'a dérangée. Je l'ai suivie de loin, les trois athlètes débutaient leur course folle samedi matin à 5h45, ils étaient arrivés alors que nous terminions tranquillement notre petit-déjeuner en famille. On s'en est rappelés avec mon mari, j'ai ouvert Twitter sur mon portable et j'ai vu ce chrono qui tombait, j'ai surtout vu un extrait d'une vidéo de 7 secondes que j'ai pas aimé. Pardon, mais je n'avais pas l'impression de voir des hommes courir. Ces hommes qu'on admire de part leurs performances, leurs temps sur marathons extraordinaires car on s'accordera tous à penser que courir à 21km/h pendant 42.195km, oui, c'est extraordinaire. Ces hommes qui couraient samedi matin, ils me faisaient d'abord penser à des chevaux de course. Des ascètes dont les privations doivent être multiples, des privations qui doivent leur être aujourd'hui transparentes, soit ne les ont-ils simplement peu ou jamais connu, soit sont-ils aujourd'hui rentrés dans un cercle que je qualifie de vicieux, sorte de machine infernale qui fait que la performance a pris le dessus sur ce qui nous fait certainement tous courir au départ : le plaisir ou plutôt ces doses d'endorphines, ces hormones de bien-être, qui sont larguées gracieusement à chaque séance.

Toujours sans filtre 😎 Côte ouest Cotentin. ▫ Et tu sais quoi ? Je viens de courir en suivant les vagues du montant et suis revenue par les dunes. Tout ça SANS CHRONO, SANS FCM. J'ai oublié ma montre. Et tu sais quoi ? LE GROS KIFFE. Ma vision du sport, bien différent de ce que m'a inspiré le #breaking2 ce week-end. Un breaking 2 qui m'aurait bien inspiré un article de blog. À l'occasion. Mais sinon, je trouverai bien un performeur pour en reparler. À l'occasion. ▫ #CoteOuest #Cotentin #CotedesIsles #cestbeaulaManche #changezdepointdevue50 #Changezdepointdevuesportifaussi #breaking2 #sport #espritsportif #liberte #freedom #instarun #igrunners #runningtime #running #beachrun #runfree #runhappy #marathongirl #freegirl #fitgirl #fitfrenchies #positivevibes #MondayMotivation #waves #seascape #sealine #visitFrance #hello_france #JaimelaFrance
Une publication partagée par Anne-Claire (@anneclairebcn) le


Breaking 2, breaking bad ?

Ce breaking 2 et cette mise en scène, cette course effrénée autour d'une piste automobile avec tant de back office, d'yeux braqués sur ces athlètes, ce breaking 2 m'a effrayée. Il m'a sans doute plus effrayée actuellement alors que je me dis de plus en plus que je ne courrai pas de marathons toute ma vie. Avec Paris début avril, j'ai un peu plus réalisé que la course sur route était beaucoup cadencée par le chrono. J'en avais conscience et quelque part, j'ai été propulsée aussi dans cette course trop folle au chrono, à penser à tel ou tel objectif temps et à réaliser, avec du recul, que j'avais été bien trop dépendante de ma montre, et donc du chrono, pour ce marathon parisien. D'ailleurs, lorsque j'ai d'abord vu mon amie Chloé qui m'attendait au km 11, ma première phrase que je lui ai lancée fut "j'ai deux minutes de retard". Le chrono qui outrepasse la partie de plaisir à courir et à vivre une telle expérience. L'an passé, j'avais couru Düsseldorf avec zéro objectif en tête : Düsseldorf fut un marathon plaisir du début jusqu'à la fin. J'arrivais à Paris avec un objectif en tête : enfermée dans cet objectif, je n'ai que peu apprécié la ville majestueuse.
2017 sera pourtant une année marquée pour le marathon pour ma part. Je remets le couvert dans trois semaines, et puis à la fin de l'été. Un concours de circonstances, ça s'est trouvé comme ça et si ça arrive sur mon chemin, je ne suis pas du genre à réfléchir lorsqu'il s'agit de propositions de courses, j'y vais, j'y cours et puis c'est tout.
Dans trois semaines, je pars courir avec mon neveu. Une belle expérience familiale.
Dans trois semaines, je vais ouvrir grand les yeux, regarder droit devant, tout autour mais regarder le moins possible cette montre, m'en détacher le plus possible.
Regardez autour de vous, n'est-ce pas qu'une des questions qui revient le plus souvent à l'approche d'un marathon, c'est cette question "tu veux le courir en combien de temps ?".
Parallèlement à la route, je continue de courir sur mes chemins et participe à des trails locaux dans mon Cotentin. Des trails où il est si peu question de chrono, de temps, d'objectif. Ou plutôt si, l'objectif premier en trail, celui qui revient souvent, c'est cet objectif plaisir. Car en trail, quand on part, on ne sait vraiment jamais quand on revient, en trail, il arrive que le balisage fasse défaut mais que ta tête fasse défaut tout simplement, simplement parce que tu n'étais plus concentrée sur le balisage mais bien sur la nature environnante, les paysages toujours superbes qui t'entourent. Et souvent, en trail, si on t'annonce 25km, il est fréquent que tu comptabilises quelques mètres en plus en fin de course.

Ma foi, entre ces deux disciplines, mon cœur balance plus pour l'une, simplement parce que ma liberté reste pleine, entière, avec des paysages à perte de vue au rythme naturel de mes jambes, au rythme qu'elles auront voulu me donner à cet instant T.



J'avais déjà écrit sur la notion de plaisir en course à pied, ou plutôt de cette limite qui arrive avec l'expérience, par ici
Le récit d'une expérience marathon fabuleuse par là, une expérience marathon trail qu'elle est formidable par ici et une expérience marathon un peu plus nuancée par là.

Le maître-mot : faites-vous plaisir et qu'il soit sur routes ou sur chemins, trouvez l'endroit qui VOUS correspondra le mieux.
Mais ne laissez pas votre liberté être écorchée par une montre au poignet.
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord avec toi Anne Claire.
    Que ça soit sur l'événement "Breaking 2" qui est purement "business" et l'objectif chrono en course à pied sur route.
    La mentalité des personnes est vraiment différente entre le marathonien et le traileur.
    La notion d'argent n'est pas non plus la même entre ces deux disciplines, pourvu que ça le reste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "pourvu que ça le reste" : tu conclus si bien. Il n'y a pas photo entre ces deux disciplines en 2017.

      Supprimer
  2. Merci pour ces réflexions, et cette sagesse. Je crois que chacun a son univers. Et que, l'essentiel, c'est d'être, au temps T, en phase avec ses aspirations. Cela évolue, en fonctions des challenges que tu relèves, de la sérénité que tu acquièrent. L'expérience aide aussi à prendre du recul. Tu as déjà atteint des objectifs que tu pensais peut-être inaccessibles il y a quelques années en arrière... cela t'a demandé, à un moment, peut-être un peu de rigueur pour au moins acquérir une base physique. Celle-ci te permets aujourd'hui de voir les choses autrement. Et, tu as raison... parfois, je me force aussi à ne pas regarder la montre, à accepter que ce soit un jour sans, qu'il ne soit pas possible de toujours faire plus, mieux. Oui, tu as raison, le plaisir, à nos niveaux, est la seule récompense que nous devons chercher... Le plaisir, c'est aussi celui se se surpasser, d'être fier de soi. Bref, vivons pleinement, sans pression, juste le bonheur de faire battre fort, ce coeur en nous !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Martial de ton passage par ici et de nous faire partager ton point de vue. Pas de pression, beaucoup de plaisir et performer plus ou moins selon son bien-être du moment, selon son état d'esprit aussi. Voilà des facteurs qu'il faut prendre en compte et les concilier du mieux qu'il soit. à la semaine prochaine ;)

      Supprimer
  3. Mon Dieu que j’adore cet article ! Tout a fait ce que je ressens en ce moment il tombe à pic !
    J’ai du mal à trouver la motivation pour aller courir. C’est la première fois car je pars en me disant « il faut que » (je fasse une SL, que je fasse mes intervalles, etc). Et du coup j’en perds ma motivation car il y a cette notion d’obligation. Alors en te lisant, je me dis que je devrais me concentrer sur le plaisir. Oublier le fait que je dois a tout pris faire une SL par week-end et juste partir sans chrono mais pour le plaisir de courir tout simplement.
    Merci Anne-Claire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment contente de ce billet ait trouvé un écho en toi. Et tu n'es d'ailleurs pas la seule ce qui prouve bien que la course à l'échalote qui perdure depuis trop longtemps sur les RS, fatigue de plus en plus de personnes et finit par les démotiver aussi. Perso, je suis plus détachée par rapport aux "performances" des uns et des autres : j'en suis toujours autant impressionnée et félicite les concernés mais sans doute y-a-t-il eu une période où j'avais tendance à comparer, par rapport à mes performances ou par rapport à d'autres données plus globales. Hors, on le sait qu'il ne faut jamais comparer quoique ce soit. Nous sommes tous différents, nous vivons des choses différentes et surtout, la notion de plaisir ou de performance est bien propre à chacun. Je pense que tu le réalises aujourd'hui : continue de tracer désormais ton chemin avec tes propres aspirations et réintègre cette notion de plaisir comme il se doit. Des bises Audrey et au plaisir d'échanger ici ou ailleurs.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Anne-Claire pour cet article tellement emplit de vérités. La course à pieds et moi, on est un peu fâchées en ce moment, la faute notamment à ce fichu chrono qui a balayé la notion de plaisir. A moins que je ne sois fâchée contre mon corps d'ailleurs, qui m'a abandonné il y a trois semaines à la moitié d'un semi marathon, ne me permettant pas de "faire mieux" que la dernière fois, et fâchée contre ma tête, qui a oublié que l'essentiel c'est de prendre du plaisir. Bref, merci Anne-Claire pour ces mots, un pas de plus pour que je rechausse mes baskets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie pour ton commentaire et ton partage sur Twitter. Prendre du plaisir et savoir se recentrer sur soi, pas sur les éléments extérieurs qui finissent par perturber son bien-être personnel. Tu parles de ton corps qui t'a "abandonnée" : c'est justement ce corps qu'il faut savoir écouter lorsqu'il donne des alertes de la sorte. Je te souhaite de retrouver vite du plaisir mais avec les beaux jours, ça devrait revenir plus facilement ! à bientôt !

      Supprimer
  6. Un bien joli post et tu as milles fois raison on oublie bien souvent le principal... Prendre du plaisir en courant... Bonne continuation à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rohnny ! je vois que tu passes toujours par ici et ça me fait toujours plaisir. à bientôt et bonnes courses à toi.

      Supprimer